MUSEE VILLE

 


 
 
 

MUSEE D ARRAS

 

Musée des Beaux-Arts d’Arras
Abbaye Saint-Vaast
22, rue Paul Doumer
62000 Arras
Tel : 03 21 71 26 43
Fax : 03 21 23 19 26

Le musée est gratuit les premiers mercredi et dimanche du mois.

Une noble façade classique, une cour d’une rare ampleur, deux cloîtres, un réfectoire : le musée est logé dans l’ancienne et somptueuse abbaye bénédictine Saint-Vaast reconstruite au milieu du XVIIIe siècle.

Les collections ramènent d’abord le visiteur à l’époque gallo-romaine avec les découvertes cultuelles faites ces dernières années à Arras : temple d’Attis et Cybèle et sanctuaire germanique illustrent deux aspects méconnus de la religion au Bas-Empire, tandis que le trésor de Beaurains apporte la seule preuve de l’entrée de Constance Chlore dans Londres en 296.

Mais c’est la sculpture médiévale, située dans les galeries du cloître, qui vient en tête des collections avec des œuvres majeures : deux anges en bois polychrome dits de Saudemont du XIIIe siècle, la dalle funéraire en mosaïque de l’évêque Frumaud, un célèbre fragment de gisant du XIVe siècle d’une infinie délicatesse, l’effrayant transi de Guillaume Lefranchois du XVe siècle. Eléments d’architecture, sculptures, art funéraire, tapisseries (Saint Vaast apprivoisant l’Ours – rare témoignage de la tapisserie de haute lisse à Arras) complètent le parcours.

La peinture des anciens Pays-Bas - Brueghel, Rubens, Maes, Fabritius - occupe une grande galerie du premier étage. Mais c’est l’école française qui constitue le deuxième fleuron du musée.

La salle des Mays tire son nom des grands tableaux religieux offerts chaque année par la confrérie des orfèvres de Paris à la cathédrale Notre-Dame. Elle rassemble, avec les éléments d’autres commandes importantes, les œuvres monumentales des plus grands artistes de l’époque : Champaigne, Poerson, Testelin, Parrocel, Jouvenet, Restout, tandis que sont présentées à part les œuvres de Vignon, Lebrun, La Hyre ou Largillière à destination plus intime.

Si le XVIIIe siècle est surtout représenté par de très riches collections de porcelaine (Arras, Tournai), le XIXe siècle s’ouvre à Arras avec la présence régulière de Camille Corot qui, avec son ami Constant Dutilleux, est à l’origine d’une école locale de paysagistes pré-impressionnistes. Ils voisinent avec l’art officiel de la même époque, toujours spectaculaire et trouvant son apogée avec Jules Breton, chantre de l’Artois et grand peintre de la réalité à la fin du XIXe siècle.

Au fond du cloître, on accède au Trésor de la Cathédrale ouvert au public en 1996. Parmi les différents éléments de mobilier religieux, on remarque surtout les pièces d’orfèvrerie et les deux triptyques de Jean Bellegambe peints au début du XVIe siècle.

Entrée dans la cour d’honneur de l’abbaye.


Le Musée des Beaux-Arts d’Arras présente des collections diversifiées qui couvrent un champs très large, tant d’un point de vue chronologique que typologique.
Archéologie antique, sculptures médiévales et de l’époque de la Renaissance, peintures des Pays-Bas et tableaux français du XVIIème siècle (parmi lesquels un ensemble unique de grands formats provenant d’églises parisiennes, la salle des Mays), céramiques du XVIIIème siècle (porcelaines d’Arras et de Tournai), peinture de paysage du XIXème siècle (école dite d’Arras), plan-relief de la ville daté de 1716 en constituent les points forts.

A ces œuvres exposées au public, il convient d’ajouter celles également précieuses du Trésor de la Cathédrale, dont la gestion incombe au musée.

On mentionnera enfin les ensembles conservés en réserves relevant de différents autres domaines : arts graphiques, photographie, ethnographie, exotica, monnaies, sceaux, histoire naturelle, etc…


Outre son riche fonds de collections, un autre atout de l’établissement est le bâtiment qui l’abrite depuis près de deux siècles : l’abbaye bénédictine Saint-Vaast. Totalement réédifiée à partir de 1754 sur ordre d’Armand Gaston de Rohan, alors abbé commendataire, elle déploie ses vastes surfaces et sa sobre ordonnance autour d’une cour d’honneur et d’un cloître frappant par leur amplitude et leur élégance. Elle constitue un remarquable écrin pour les œuvres que y sont présentées.

Horaires


Tous les jours de 9 h 30 à 12 h et de 14 h à 17 h 30.
Fermé le mardi et le 1er janvier, les 1er et 8 mai, le 14 juillet, les 1er et 11 novembre et le 25 décembre
 

 
 
 

 

 MUSEE ARRAS 62 Pas de Calais