LIEVIN

lievin le 62 hotel restaurant commerce entreprise boutique societe gite chambre hote loisir musee cinema service petite annonce gratuite occasion voiture moto location camping lievin

 

LIEVIN COMMERCE SERVICE ARTISAN RESTAURANT HOTEL AGENCE IMMOBILIERE VOITURE OCCASION GITE CHAMBRE HOTE  ENTREPRISE MAGASIN FLEURISTE LIEVIN

 

 
 
 
 

 

 
 
 

 
 
 
 


Vie local lievin

Ville fleurie.
Marché : merc.
Braderie annuelle. Fête communale : 1er dim. sept.
 Chasse, pêche, randonnées. Ecole de parapente de la Chaîne
des Terrils.
Stade couvert régional. Sociétés sportives et culturelles
 

 

 
 
 

 
 
 
 
 

Achat location
Maison Appartement
62 LIEVIN

 

Agence immobilière

Office Notarial

Autres

 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 

Bienvenue dans la ville de Lievin
 Commerces, artisans, hotels, restaurants, magasins, Boutiques, agences immobilières, loisirs, Institut de beauté, Pédicure, Diététique, Manucure onglerie, Vêtements homme, Vêtements femme, Vêtements Enfant, Mariage, Vêtements Sport, Lingerie, Chaussures, Bijoux, Parfumerie, Coiffeur, Maçonnerie, Plomberie, Electricité, Couvreur, Sérrurier cordonnerie, serrurie, Chauffagiste, Peinture, Dépannage Rapide, Concessionnaire Voiture, garage voiture occasion, Moto, Scooter, Garage voiture, Caravaning, Location voiture, Médecin, Dentiste, Pharmacie, Assurance, Auto Ecole, Baby-sitter, Garde Malade, Taxi, Laverie, Ambulance, Agence voyage, Agence matrimoniale, Agence immobilière, Office Notarial, Restaurant Italien, Chinois, Spécialités, Exotique, restaurant oriental, Gastronomique, Brasserie, Rapide snack bar, Plat a emporter, Traiteur, Hôtel, Gîtes, Chambres Hôtes, Camping, Boulangerie, Meuble, Pâtisserie, Boucherie Charcuterie, Cave à vin, Epicerie fine, Chocolaterie, Electroménager, Pc ordinateur, Cadeaux, Quincaillerie droguerie, Meuble Cuisine Salle de bain, Fleur Fleuriste, Location materiel, Pub bar a thème, Discothèque, Cinéma, Musée, Théâtre, Club sportif, Salle de sport, Service Anpe, Office du tourisme, Bibliothèque, Piscine, Association, Médiathèque, Crèche, onglerie, pose ongles

 
 

 

LIEVIN

 

La butte de Riaumont, berceau de Liévin :
Le passé archéologique de la commune est indéniable. De nombreux vestiges de l'époque néolithique puis romaine et gallo romaine en témoignent. La plus vaste nécropole franque du Pas de Calais (752 tombes), exhumée en 1905 sur la colline de Riaumont, atteste que Liévin fut une importante ville mérovingienne

 

HISTOIRE DE LA VILLE

 

Jusqu'au 19éme siècle, Liévin, petit village vit essentiellement de l'agriculture.
En 1414, la population de "Liévin en Artois" s'élève à 150 habitants. Ils seront 600 en 1759.
En 1789, Liévin, gros village de 900 habitants environ, connaît lui aussi les soubresauts de la Révolution. La période est surtout marquée par la redistribution des terres consécutive à la vente des biens nationaux confisqués au clergé et aux nobles.
La commune appartient alors au canton d'Hersin-Coupigny et au District de Béthune.
En 1820, Liévin est toujours un village avec ses 1 223 habitants. La population est regroupée près de la Souchez. La Grande Rue (rue du 4 Septembre actuelle) rassemble l'essentiel des commerçants et des artisans. Des quatres moulins d'avant la Révolution, il n'en subsiste que trois : Fromeulle, celui du lieu-dit actuel "Jardin Public" et celui du lieu-dit "Abattoir. En 1857, la découverte de 4 couches de houille va métamorphoser l'économie et le paysage de la commune. Liévin connaît la fièvre de la recherche houillère, la joie de la découverte et jouit d'une certaine prospérité à travers l'extraction. C'est maintenant une ville minière dont la population augmentera régulièrement jusqu'à l'aube de la première Guerre Mondiale (25 698 habitants en 1914). Le centre d'activité s'est déplacé progressivement de la Grande Rue au Grand Chemin de Liévin à Lens (l'actuelle rue Jean-Baptiste Défernez. Les cités minières font leur apparition et la ville compte trois hameaux : Loos, Saint-Martin et Rollencourt. L'accroissement de la population a nécessité l'installation d'un marché hebdomadaire le mercredi, de deux écoles communales et laïques, d'une école de filles de la Compagnie des mines de Lens et d'une école de garçons de la Compagnie des mines de Liévin. La Grande guerre va tout anéantir et transformer des siècles d'histoire en champ de ruines. Le Liévin du XVIIIe siècle, au charme incontournable, riche de ses églises, de ses manoirs et de ses châteaux, Rollencourt, Aronio de Romblay, Jonglez de Ligne est totalement détruit. Les liévinois vivent tant bien que mal dans les caves. Les vivres sont rares. Les bombardements provoquent de nombreux morts et blessés parmi les civils. On évalue à 400 le nombre de décès pour toute la commune. 600 soldats liévinois meurent au champ d'honneur.
La Croix de Guerre 1914-1918 est décernée à la ville de Liévin le 10 Août 1920 par M. Alain Lefebvre, Ministre de la Guerre, avec la mention suivante : "La ville de Liévin, rempart de la ville de Lens, a été entièrement détruite par le canon. Malgré le nombre élevé des victimes, elle s'est toujours montrée digne et vaillante dans les épreuves et sous la domination ennemie.. Devant l'ampleur des dégâts, il faut se remettre rapidement et vaillamment à l'ouvrage : remise en état des voies de communication, routes, chemin de fer et des principaux édifices publics.
En 1925, en souvenir de l'amitié franco-américaine nouée lors de la Première Guerre, des membres New-Yorkais de la Croix Rouge offrent à la Ville de Liévin la "Maison de Tous" qui abrite aujourd'hui la Bibliothèque Municipale.
Le rideau est tombé sur une tragédie. Le nouveau Liévin vit déjà ardemment. La deuxième guerre mondiale n'épargne pas la commune. Dès l'attaque ennemie du 10 Mai 1940, on évacue les gens demeurant autour des fosses, par crainte des bombardements. En 1941, les Allemands installent une Kommandantur de régiment, rue Jean-Baptiste Défernez.
Dans les puits de mine, la résistance se généralise et les actes de bravoure se multiplient. En mai et juin de cette même année, une grande grève paralyse le Bassin minier. Les nazis cèdent pour la première fois dans l'histoire de l'occupation. Malheureusement, et c'est aussi le prix de l'héroïsme, nombreux sont les martyrs liévinois. La Ville de Liévin perd 220 de ses concitoyens en tant que victimes civiles. 225 liévinois meurent sous les drapeaux. La paroisse Saint-Martin à elle seule déplore la disparition de 42 de ses enfants : 34 civils et 8 FFI. Après le débarquement de juin 1944, la lutte s'intensifie. Le 14 Juillet, les liévinoises arborent des cocardes tricolores et se recueillent devant le monument aux Morts. Elles savent, et l'occupant aussi, que la situation se dégrade de plus en plus. Le 1er septembre voit le désarroi des nazis qui s'enfuient ou se barricadent dans leur cantonnement. Le lendemain, le gros de la huitième armée britannique traverse la commune en un défilé triomphal auquel assiste le "tout Liévin". La fanfare de Calonne draine la population jusqu'à la Mairie. Liévin est libérée. Liévin n'échappe pas, dès 1945, à l'objectif de production de 100 000 tonnes par jour. Pour reconstituer son industrie et sa puissance économique, la France a besoin du charbon, première source d'énergie de l'époque. A la mine, on embauche à tour de bras. Les mineurs relèveront le pari au prix de nombreux sacrifices. Comme si cela ne suffisait pas, la silicose, maladie professionnelle due à l'inhalation de poussière de charbon, fait son apparition. 1960 à 1980, 60 puits de mine sur les 67 existants ferment dans le Nord Pas de Calais. Liévin connaît la récession. Son dernier puits en exploitation ferme au lendemain de la catastrophe du 27 décembre 1974, à Saint-Amé. 42 mineurs périssent dans ce terrible accident.

 

LES DRAMES DE LA MINE

 

La population liévinoise a payé un lourd tribut à l'exploitation charbonnière. En un peu plus d'un siècle, cinq terribles catastrophes ont endeuillé la commune.
Le 28 novembre 1861, 2 mineurs succombèrent à la fosse N°1. Le 13 août 1882, on dénombrait 8 victimes au puits de la fosse 3. Peu de temps après, le 14 janvier 1885, 28 gueules noires disparaissaient lors de la tragédie de la fosse N°1. Le 16 mars 1957, la mine frappait de nouveau, à la fosse N°3, faisant 10 nouvelles victimes.
La catastrophe la plus meurtrière survint le 27 décembre 1974 à la fosse Saint-Amé. En ce jour noir, 42 mineurs étaient emportés par un terrible coup de grisou

source:http://www.ville-lievin.fr/

MONUMENT ET LIEU TOURISTIQUE


Vestiges gallo-romains.
Fosse Aimé-Tilloy : chevalement du puits n° 3
Cité minière.
Eglise Saint-Martin reconstruite en 1927.
Eglise Notre-Dame-des-Grâces 1933.
Eglises modernes Saint-Amé et du Sacré-Coeur.
Chapelle Notre-Dame-de-Lourdes 1955
Temple protestant 1925

 

Population 2006 33943 hab.

 
 

Ici vous pouvez affiner votre recherche.

 
 

Si vous désirer être informer des actualités du 62 ?
Inscrivez vous a notre Newletter .

Inscription désinscription
 
 

 

LIEVINcommerce restauration hôtel distraction service artisans entreprise 62 Pas de Calais

 

 

 

 
 

 


Généralité historique

Le nom de la localité, sous la forme "Laivin", est cité dès 1104.
 La commune fut incendiée par les communiers flamands en 1303.
Développement industriel et démographique à partir de1874.
Destruction totale 1914/18
 

 
 
 
 
 

Sortir et Sports
LIEVIN
et a proximité.

 

Pub bar a thème

Discothèque

Cinéma

Musée

Théâtre

Club sportif

Salle de sport

Autres